L'aléatoire, l'insolite, le prévisible

Comprendre le présent, penser le futur // Prévision, prédiction, diagnostics

Quelle est la part de prévisible dans le règne animal ?



 

Les différentes espèces végétales et animales sont présentent depuis des millions d’années et ne cessent d’évoluer. Depuis le 18eme siècle les différentes espèces ont été triées selon une classification naturelle, depuis l'appellation de “règne animal” a été donné à cette grande faune et flore.


Ces espèces végétales et animales sont donc omniprésentes mais savons-nous vraiment pourquoi toutes ses espèces sont là où elles sont à cette instant précis ?


C’est ce que nous allons voir dans ce travail. Tout au long de ce dossier, nous allons étudier les caractères aléatoires et prévisibles de l’évolution du règne animal et ses lois. Nous allons voir les facteurs qui font qu’une espèce se transforme, quelles sont les conditions qui favorisent la survie ou la disparition d’une espèce et la diversité du règne animal que nous connaissons aujourd’hui, pour finir certaines modélisations classiques de l’évolution.


SOMMAIRE

I- Les mutations

A. Définition

B. Les facteurs

    1) L'aléatoire

    2) Les agents mutagènes

    3) L'épigénétique

     

II- Lois du règne animal

A. L'évolution

    1) La selection naturelle selon Darwin

    2) La dérive génétique

B. Le mimétisme : stratégie adaptative d'imitation

     

III- Prévisible et aléatoire

A- Modèle de Hardy-Weinberg

B. Modèle de Wright-Fisher et son algorithme

 

Conclusion


 

 

Résultat de recherche d'images pour 'wilhelm weinberg'

Wilhelm Weinberg (1862 - 1937) est un docteur allemand qui estconnupour ses travaux sur l'échantillonnage d’une population en statistiques.


https://lh6.googleusercontent.com/pjryXmpB9cF6ewjVA6drL7kIr1OB9QjtT2gQ05tx7dDZBQQqLCLYh9XHHL0t6S_H5fquj4n1aWV-KmVpgxkzMo4bzCi6FeZwTW0SFgplx7pH1tBAPkAEi-F-9RWr-4Y6TrsCYj8kGodfrey Harold Hardy (1877 – 1947) est un mathématicien britannique de premier plan, lauréat de la Médaille Sylvester en 1940 et de la médaille Copley en 1947, connu pour ses travaux en théorie des nombres et en analyse.

 

Tous deux publièrent simultanément en 1908 un modèle simplifié permettant de calculer les fréquences génotypique à partir des fréquences alléliques. Pour cela, on admet un certain nombre d'hypothèses permettant de simplifier les calculs :

  • La population est de taille infinie, par la loi des grands nombres, on remplace la fréquence de chaque allèle par sa probabilité.
  • La fréquence des gènes n’est pas modifiée à chaque génération par mutation ou sélection.

Ce qui nous donne la loi :
    Dans une population isolée d’effectif illimité, non soumise à la sélection et dans laquelle il n’y a pas de mutation, les fréquences alléliques restent constantes.

Ainsi : soient A et a deux allèles d'un même locus :


p est la fréquence de l'allèle A

 

0 =< p =< 1

q est la fréquence de l'allèle a

 

0 =< q =< 1   

et p + q = 1

Avec répartition identique des fréquences alléliques chez hommes et femmes, s’ils procréent alors :   
(p + q) ² = p² + 2pq + q² = 1 où:

p2 = fréquence du génotype A A → HOMOZYGOTE
2pq = fréquence du génotype A a   → HÉTÉROZYGOTE
q2 = fréquence du génotype a a  → HOMOZYGOTE

 

 

AUTEURS et REMERCIEMENTS

BIBLIOGRAPHIE

L'ensemble de ces pages est © copyright 2017 Pauline FAVOT- Tous droits réservés.