L'aléatoire, l'insolite, le prévisible

Comprendre le présent, penser le futur // Prévision, prédiction, diagnostics

Quelle est la part de prévisible dans le règne animal ?



 

Les différentes espèces végétales et animales sont présentent depuis des millions d’années et ne cessent d’évoluer. Depuis le 18eme siècle les différentes espèces ont été triées selon une classification naturelle, depuis l'appellation de “règne animal” a été donné à cette grande faune et flore.


Ces espèces végétales et animales sont donc omniprésentes mais savons-nous vraiment pourquoi toutes ses espèces sont là où elles sont à cette instant précis ?


C’est ce que nous allons voir dans ce travail. Tout au long de ce dossier, nous allons étudier les caractères aléatoires et prévisibles de l’évolution du règne animal et ses lois. Nous allons voir les facteurs qui font qu’une espèce se transforme, quelles sont les conditions qui favorisent la survie ou la disparition d’une espèce et la diversité du règne animal que nous connaissons aujourd’hui, pour finir certaines modélisations classiques de l’évolution.


SOMMAIRE

I- Les mutations

A. Définition

B. Les facteurs

    1) L'aléatoire

    2) Les agents mutagènes

    3) L'épigénétique

     

II- Lois du règne animal

A. L'évolution

    1) La selection naturelle selon Darwin

    2) La dérive génétique

B. Le mimétisme : stratégie adaptative d'imitation

     

III- Prévisible et aléatoire

A- Modèle de Hardy-Weinberg

B. Modèle de Wright-Fisher et son algorithme

 

Conclusion


 

 

 

Le mimétisme consiste à adopter une stratégie pour échapper à ses prédateurs.

Cette stratégie peut être l’aposématisme ou le camouflage.

L'aposématisme est la stratégie adaptative qui permet à certains animaux d'émettre un signal d'avertissement clairement perceptible par les prédateurs pouvant être visuel (le plus souvent il s'agit d'une coloration d'avertissement), sonore ou chimique.
L’aptitude au camouflage par la couleur peut se transmettre par les mutations mais le mimétisme est un mécanisme de coévolution. C’est l’évolution de deux espèces qui entretiennent une relation particulière d’évolution car lorsque l‘une évolue l’autre doit s’adapter et cela est régis par les mêmes règles que Darwin. Le mimétisme inclut trois espèces: l’espèce modèle, l’espèce imitatrice et l’espèce dupée (prédateur).

 

Il existe plusieurs types de mimétisme:

  • Mimétisme batésien:

Ce mimétisme consiste à ce qu’une espèce inoffensive (imitatrice) adopte l’apparence physique d’espèces nocives (modèles) pour éviter les prédateurs (espèces dupées) qui ont appris à éviter les vraies espèces nocives aposématiques. L’espèce inoffensive (le mime) bénéficie donc de la protection contre les prédateurs sans avoir à dépenser de l’énergie pour produire des toxines. L’espèce imitée, elle au contraire, en souffre car les prédateurs risquent de comprendre que dans de nombreux cas le signal d’avertissement n’est pas honnête.

 

  • Mimétisme mullérien:

Ce mimétisme consiste à ce que deux espèces nocives avec des liens de parenté ou non adoptent des signaux aposématiques similaires pour Afficher l'image d'origineque les erreurs du prédateur soient moindres car il reconnaît le même signal pour les deux espèces. Ce mimétisme profite aux deux espèces.

 

 

  • Mimétisme mertensien :

Celui-ci consiste à ce qu’une espèce toxique prenne l’apparence d’une espèce moins dangereuse. Le prédateur va confondre les deux espèces donc il va assimiler les couleurs et les signaux de ces espèces similaires à une espèce toxique ainsi les moins dangereuses seront moins attaquées au même titre que les dangereux.

 

  • Automimétisme :

Résultat de recherche d'images pour 'automimétisme poisson ocelle'Ici, l’espèce s’approprie une partie de son corps ou du corps du prédateur pour s'échapper. Un poisson reproduit un oeil appelé ocelle qui crée la surprise chez le prédateur et permet de fuir.

 

 

 

 

  • Camouflage: Résultat de recherche d'images pour 'camouflage espèce animal'

L’espèce prend l’apparence d’un objet inanimé comme une pierre ou pour les plus grosses espèces prendre un ton particulier (tâche du léopard). Certaines espèces de forêt tropicale peuvent s’adapter à leur environnement. Cela peut autant être une stratégie offensive que défensive. C’est le cas des caméléons dont les cellules de peau sont chromatophores c’est à dire qu’elles peuvent changer de couleur en fonction des situations (défense, séduction, attaque).

 

L’homochromie est le mimétisme des couleurs. L’homotypie est le mimétisme des formes.

 

Les raisons du mimétisme:

  • un intérêt nutritif limité pour le prédateur : le phasme a l'apparence d'une brindille qu'un oiseau insectivore dédaignera, le poulpe se rend invisible en se confondant avec le fond marin, en imitant sa couleur et sa texture ;
  • un risque pour le prédateur : certaines mouches ressemblent à s'y méprendre à des guêpes, certains serpents dépourvus de venin imitent le signal sonore du crotale (serpent à sonnette) , plusieurs espèces de papillons ou de poisson ont des motifs appelés ocelles sur leurs ailes qui ressemblent aux yeux d'un animal bien plus grand qu'eux ;
  • un intérêt gustatif ou nutritif important pour le fécondateur : certaines plantes profitent de l'intérêt des insectes pour une autre espèce pour leur propre reproduction ;
  • un intérêt nutritif pour leur proie : des plantes carnivores exhalent un parfum de chair en putréfaction pour attirer des mouches dont elles se nourrissent ;
  • un danger limité pour leur proie : certains poissons possèdent un camouflage aux couleurs des algues dans lesquelles ils évoluent pour surprendre leur repas.
  • un idéal admis par un congénère, rendant possibles certains comportements : les fourmis imitent leurs odeurs respectives par échange permanent, ce qui construit l'odeur caractéristique de leur colonie, qui leur permettra d'y entrer.

 

 

AUTEURS et REMERCIEMENTS

BIBLIOGRAPHIE

L'ensemble de ces pages est © copyright 2017 Pauline FAVOT- Tous droits réservés.