L'aléatoire, l'insolite, le prévisible

Comprendre le présent, penser le futur // Prévision, prédiction, diagnostics

Quelle est la part de prévisible dans le règne animal ?



 

Les différentes espèces végétales et animales sont présentent depuis des millions d’années et ne cessent d’évoluer. Depuis le 18eme siècle les différentes espèces ont été triées selon une classification naturelle, depuis l'appellation de “règne animal” a été donné à cette grande faune et flore.


Ces espèces végétales et animales sont donc omniprésentes mais savons-nous vraiment pourquoi toutes ses espèces sont là où elles sont à cette instant précis ?


C’est ce que nous allons voir dans ce travail. Tout au long de ce dossier, nous allons étudier les caractères aléatoires et prévisibles de l’évolution du règne animal et ses lois. Nous allons voir les facteurs qui font qu’une espèce se transforme, quelles sont les conditions qui favorisent la survie ou la disparition d’une espèce et la diversité du règne animal que nous connaissons aujourd’hui, pour finir certaines modélisations classiques de l’évolution.


SOMMAIRE

I- Les mutations

A. Définition

B. Les facteurs

    1) L'aléatoire

    2) Les agents mutagènes

    3) L'épigénétique

     

II- Lois du règne animal

A. L'évolution

    1) La selection naturelle selon Darwin

    2) La dérive génétique

B. Le mimétisme : stratégie adaptative d'imitation

     

III- Prévisible et aléatoire

A- Modèle de Hardy-Weinberg

B. Modèle de Wright-Fisher et son algorithme

 

Conclusion

 


 

 

Les mutations spontanées, généralement rares et aléatoires, constituent la principale source de diversité génétique, c’est le moteur de l'évolution. Toutes les mutations spontanées ne sont pas aléatoires, l’environnement peut induire des mutations chez les espèces pour qu’elles survivent. Les mutations peuvent avoir des effets divers au sein d’un individu ou d’une population.

Chez un seul individu, les mutations sont aléatoires parce qu'elles ne sont pas le résultat d'un mécanisme qui dirigerait le phénomène de mutation en un lieu précis du génome. Ces mutations peuvent toucher les cellules somatiques qui sont les cellules autres que les gamètes ou bien les cellules germinales qui sont les cellules reproductrices.
Tout d’abord, une mutation peut être silencieuse et ne pas affecter l’individu, ensuite, une mutation peut changer un gène minime dans l’organisme, troisièmement, une mutation peut causer le dysfonctionnement de la cellule ce qui provoque sa cancérisation, pour finir une mutation peut induire la mort de la cellule.
Lorsque les mutations touchent les cellules somatiques, les conséquences peuvent être plus ou moins grave car une mutation peut affecter des gènes plus ou moins important mais uniquement chez cette individu-là. Lorsque les mutations touchent les cellules germinales, les conséquences sont potentiellement transmisent à la génération suivante. En effet, la plupart des maladies causées par des mutations aléatoires sont récessives, ce qui signifient qu’un individu peut être porteur sain et transmettre ses mutations à sa descendance mais cette dernière n’aura pas obligatoirement la maladie. Lors d’une fécondation il y a 1 risque sur 4 que la descendance soit atteinte de deux gènes malades et être atteint de la maladie. Ces mutations sont donc héréditaires.


Ce chien possède une mutation qui lui confère 40% de masse musculaire en plus

 

Dans un ensemble d’individus vivant dans un même environnement, appelé population les mutations peuvent avoir des conséquences allant jusqu'à l’extinction de cette population. En effet, comme expliqué précédemment, les mutations peuvent se transmettre de génération en génération ce qui fait que des mutations défavorables peuvent atteindre par reproduction toute une population vivant dans un environnement précis. Par conséquent, une mutation aléatoire peut induire la réduction voir l’extinction d’une espèce dans son environnement à cause de la reproduction de l’espèce normalement faite pour la survie de l’espèce. Au contraire lorsque les mutations donnent un caractère favorable, la population est avantagée et donc se développe plus forte et moins vulnérable face aux aléas. Par conséquent, l’espèce se développe et devient plus développer par rapport aux autres populations de cette espèce à une environnement différent.

De plus, dans une même espèce, deux populations évoluant dans des environnements différents peut mener à ce que cette même espèce en deviennent deux différentes par le biais de la dérive génétique et de la sélection naturelle ( Cf II ).

 

 

AUTEURS et REMERCIEMENTS

BIBLIOGRAPHIE

L'ensemble de ces pages est © copyright 2017 Pauline FAVOT- Tous droits réservés.