L'aléatoire, l'insolite, le prévisible

Comprendre le présent, penser le futur // Prévision, prédiction, diagnostics

Quelle est la part de prévisible dans le règne animal ?



 

Les différentes espèces végétales et animales sont présentent depuis des millions d’années et ne cessent d’évoluer. Depuis le 18eme siècle les différentes espèces ont été triées selon une classification naturelle, depuis l'appellation de “règne animal” a été donné à cette grande faune et flore.


Ces espèces végétales et animales sont donc omniprésentes mais savons-nous vraiment pourquoi toutes ses espèces sont là où elles sont à cette instant précis ?


C’est ce que nous allons voir dans ce travail. Tout au long de ce dossier, nous allons étudier les caractères aléatoires et prévisibles de l’évolution du règne animal et ses lois. Nous allons voir les facteurs qui font qu’une espèce se transforme, quelles sont les conditions qui favorisent la survie ou la disparition d’une espèce et la diversité du règne animal que nous connaissons aujourd’hui, pour finir certaines modélisations classiques de l’évolution.


SOMMAIRE

I- Les mutations

A. Définition

B. Les facteurs

    1) L'aléatoire

    2) Les agents mutagènes

    3) L'épigénétique

     

II- Lois du règne animal

A. L'évolution

    1) La selection naturelle selon Darwin

    2) La dérive génétique

B. Le mimétisme : stratégie adaptative d'imitation

     

III- Prévisible et aléatoire

A- Modèle de Hardy-Weinberg

B. Modèle de Wright-Fisher et son algorithme

 

Conclusion

 


 

Nous pouvons dire que la diversité génétique du règne animal est générée par les mutations à l’échelle du génotype. Celles-ci augmentées par divers facteurs, comme les nombreux agents mutagènes agissants sur le génome; et l'épigénétique où l’expression des gènes est tout premièrement due aux comportements de l’individu. Cependant, l’Homme qui a toujours voulu comprendre ce mécanisme complètement aléatoire, s’est intéressé à l'existence évidente de lois montrant les différents mécanismes d’évolution faisant évoluer les différentes espèces en une grande faune et une flore varié. Darwin, maintenant reconnu pour sa théorie de l’évolution du 19e siècle, appelée “la sélection naturelle” prouvant que seuls les descendants des individus les mieux adaptés à leur environnement participeront à la génération suivante. Elle a menée à la compréhension de la sauvegarde ou non de mutations aléatoires. En plus de cette théorie, une seconde loi est définie, celle de la dérive génétique beaucoup plus aléatoire que la précédente. Au point de vue génétique, cette dérive est la modification de la fréquence d'un allèle, ou d'un génotype, au sein d'une population, indépendamment des mutations, et de la sélection naturelle. Ces deux lois peuvent parfois engendrer, le phénomène de spéciation, c’est à dire l’apparition de deux espèces distinctes à partir d’une seule espèce.
Ensuite, le mimétismeconsiste en l’adaptation du comportement ou des caractères d’un autre individu afin d’établir une stratégie permettant à l’animal d’échapper à ses ou son prédateur. Cette loi peut être plus ou moins prévisible avec l’étude des espèces imitatrices, modèles et dupées dans chacun des cas présentés.
Pour finir, l’évolution peut être régie par différents modèles mathématiques du 20ème siècle. Les deux modèles présentés sont très différents. Notre premier modèle ne peut pas être utilisé dans la prévision de l'évolution car les conditions sont trop restreintes. En effet, le deuxième modèle est bien plus efficace comparé au précédent. Les conditions étant plus larges, et moins restrictives, elles permettent une prédiction plus précise sur l’évolution.
On peut donc prévoir quelques éléments de l’évolution à court terme grâce à différentes lois et modélisations ou modèles mathématiques, mais très difficilement sur un long terme car de nombreux facteurs variables et aléatoires (catastrophes naturelles, épidémies, guerres et variations des populations à différentes échelles, etc..) influent en permanence au sein des espèces, des populations et de leurs environnements. Ces conditions environnementales et extérieures peuvent difficilement être modélisables dans leur totalité.
Pour finaliser, la part de prévisible dans cette évolution reste trop faible face à celle de l’aléatoire dans cette évolution permanente du règne animal.
De nos jours, l’évolution du règne animal reste fortement imprévisible. L’Homme, individu de ce règne, est une espèce différente aux facultés plus évoluées d’après divers opinions et jugements. De ce fait, pouvons-nous prévoir son évolution de façon similaire à celle des animaux. Mais surtout, pouvons-nous encore dire que l’Homme est une espèce du règne animal?

 

 

 

 

AUTEURS et REMERCIEMENTS

BIBLIOGRAPHIE

L'ensemble de ces pages est © copyright 2017 Pauline FAVOT- Tous droits réservés.